Champion de France 2013 !!

J’ai remporté ce WE mon 14ème titre de Champion de France avec l’Aviron Toulousain !

bourges ponton

J’étais engagé en quatre de couple, mon bateau de club préféré, avec Julien Bahain, Vincent Denis et Tamas Vargas. Vincent est un jeune espoir du club qui a un bon potentiel physique et Tamas est un rameur international hongrois, que nous avons rencontré dans le cadre du Team EDF et qui est venu à plusieurs reprises s’entrainer sur Toulouse. Le club alignait par ailleurs deuxième quatre de couple, un quatre barré et un double PL chez les hommes et un huit et un double PL chez les femmes.

Après une préparation perturbée par les crues de notre Garonne capricieuse, nous avons passé un bon WE à Bourges. Nous gagnons la série juste devant Villefranche (le seul club en dehors de l’Aviron Toulousain a avoir remporté le 4X depuis 2005, en 2007 et 2011) qui a attaqué jusqu’au bout, puis le tiers de finale devant Argenteuil en en gardant sous le pied pour la finale de l’après midi.

Bourges 2013 M4X

Comme disent nos amis des sports collectifs, un match ça se joue, mais une finale, ça se gagne ! Nous mettons la pointe devant dans les 500 premiers mètres grâce à notre puissance, puis nous creusons progressivement l’écart avec nos concurrents dans le 1000m du milieu. Nous rentrons dans le dernier 500 avec une marge confortable qui nous permet de résister au gros retour de Monaco et d’Argenteuil qui se bagarraient pour la deuxième place.  La finesse technique n’était peut-être pas notre point fort cette année (qui a dit “non plus” ?) mais vu notre niveau d’entrainement avec Julien après notre coupure, je suis déjà très content de passer la ligne en tête !

bourges podium

Les résultats du club sont excellents avec le 4+ (Anthony Perrot, Romain Bourdeu, Aymeric Fouquart et Matthieu Androdias, bar. Aline Cointrel) qui reporte également le titre, renouant avec la tradition puisque le club l’avait déjà gagné en 2003, 2005 et 2006… Rachel Jung et Marion Colard échouent brillamment à quelques centièmes du titre en 2XFPL et Jérôme Descazeaux et Maxime Bouvier terminent à la plus mauvaise place dans une finale relevée en 2XHPL.

Après un retour express sur Toulouse en début de soirée, je suis allé fêter les 20 ans du CPP, la classe prépa intégrée de l’Institut National Polytechnique où j’ai étudié dans mes jeunes années. Une excellente occasion de revoir tous les anciens, professeurs et autres capitaines de soirées. Les organisateurs avaient vu grand en louant pour la soirée le Stade Ernest Wallon, bien connu des amateurs de rugby. 10 ans après, rien n’a vraiment changé à part notre capacité de récupération !

Coupe de France 2013 – Libourne

Superbe week-end d’aviron comme je les aime tant ! La Coupe de France rassemble chaque année au printemps les meilleurs rameurs français par équipages régionaux en quatre de couple ou huit de pointe. La distance a été raccourcie ces dernières années à 1500m pour densifier les courses et renforcer le spectacle. En cette année un peu particulière pour moi, c’est l’occasion parfaite de reprendre le bateau dans la bonne humeur après un hiver loin des rames.

Cpe_Fr_13_M4X

J’étais engagé en quatre de couple pour la région Midi-Pyrénées, accompagné par Julien Bahain pour son retour de sa traversée de l’Océan Atlantique, et de nos  deux coéquipiers de club de l’Aviron Toulousain Matthieu Androdias et Aymeric Foucquart. Matthieu n’est rien de moins que le champion de France du skiff en 2013, et Aymeric a terminé 5ème des même Championnats en deux sans barreur. Notre bateau pourrait presque participer dans cette configuration à des régates internationales puisque tous nous sommes tous les quatres membres de l’équipe de France ! Notre objectif : nous faire plaisir. Seul problème : avec un tel pedigree dans le bateau, tout le monde nous attend et nous donne le rôle de favoris. Contre nous, de beaux bateaux de Provence, Rhône-Alpes, Ile de France et Côte d’Azur et le second bateau de Midi-Pyrénées, tous composés d’une majorité de rameurs internationaux également.

Les course ont eu lieu à Libourne, sur un beau bassin bien calme et une température parfaite, dans une région viticole dont nous avons bien profité. J’ai du passer autant de temps à Saint-Emilion qu’au bassin ! Nous remportons notre série le samedi matin et nous qualifions directement pour la finale du dimanche. Les sensations sont bonnes, le physique est un peu court mais nous avons une petite marge technique sur les autres équipages et une très bonne coque. Le samedi après midi nous avons fait un petit tour des domaines de St-Emilion, Pomerol et Montagne et profité de la piscine du camping dans le vignoble.

Je l’étais juré de ne pas me mettre de pression sur les courses et de ne pas penser au résultat avant le passage de la ligne d’arrivée. Oui mais voilà, une fois dans la routine d’échauffement, au bord de ce plan d’eau, avec ce beau soleil et notre bon chrono de la veille, l’envie de gagner m’est venue. Je suis retombé dans la compétition en moins de 24h. Je n’ai pas réussi à m’en défaire, et je l’ai senti chez mes coéquipiers aussi, dès les premiers coups de rames de la finale. Nous prenons la tête pour ne plus la quitter malgrès les assauts répétés du bateau provençal emmené par le phénoménal Jérémie Azou. Il a le talent, il travaille dur et pour ne rien gacher, c’est vraiment quelqu’un de bien. Bref, le genre de mec qu’on préfère avoir dans son bateau, mais qu’on est fiers de mettre derrière quand ce n’est pas le cas. Partie remise, cette année c’est pour nous !

podium Cpe Fr

Des gens nous ont reproché de nous enflammer après la ligne d’arrivée et de célébrer notre victoire avec un peu trop de bruit et de joie pour une épreuve à l’importance sportive toute relative… Cette joie était sincère et spontanée et reflétait le plaisir que j’ai pris à courir et à gagner avec Matthieu, Julien et Aymeric, et inversement proportionnelle à mon niveau d’entrainement.

Le dimanche après-midi a été consacré à une excellente dégustation de vins locaux et à re-remplir la cave sérieusement entamée par une année sabbatique. J’ai été agréablement surpris par le village de St-Emilion qui est tout à fait charmant. Une chose est sûre ; voici une formule de compétition-détente qui me plaît, je reviendrai !

Coupe de France

Championnats de France d’aviron indoor

Championnat de France indoor- Levallois - 090213_0369La reprise a été dure après presque 5 mois depuis les JO et notre demie-finale… 3 mois complets depuis les championnats de France, où je n’ai pas remis les fesses sur une coulisse ou un ergo, loin du bateau et de la salle de muscu. J’ai donc demandé un programme progressif de reprise aux entraineurs du pôle (merci Gilles !) pour revenir en forme assez rapidement. Se mettre un test ergométrique comme objectif est le meilleur moyen de se forcer à se remettre sérieusement au boulot, la machine ne pardonne rien ! Bon, je dois vous avouer que ce matin à l’échauffement, je m’en suis un peu voulu de m’imposer ça… Griefs vite dissipés par les  premières gouttes de sueur et la concentration !

La course a été dure, je me mets assez vite à l’abri avec un bon départ, puis je cale mon rythme sur celui de mes poursuivants. Le 1000m du milieu a été assez long, j’ai eu du mal à rester bien concentré sur mon score et mes sensations…c’est la principale difficulté de ces grandes compétitions !  J’ai trouvé que les mètres ne défilaient pas très vite dans le dernier 500, et j’ai même du remettre une petite série dans les 100m pour garder une avance correcte… 5’55.8, le chrono brut n’est pas fameux, je suis loin de mon record de France mais ça reflète assez bien mon niveau d’entrainement !

Championnat de France indoor- Levallois - 090213_0401

L’important n’était pas là aujourd’hui, puisque le premier titre de Champion de France de l’histoire de cette discipline était en jeu et que je le voulais vraiment !

Bravo à Jérémie Azou qui améliore le record de France officiel des poids légers en 6’06.8 et à Perle et Pascal qui établissent un nouveau record du monde dans leur catégorie !

Et voici la vidéo raccourcie de la course par MédiasAviron !

Je pense reprendre la bateau d’ici la fin du mois après une remise à niveau en gainage et en musculation.  À bientôt !

Photos D.Blin@FFSA2013 et vidéo @MédiasAviron2013

Vidéo Guerlain

Voici un petit clip corporate Guerlain sur l’aviron, réalisé par Christophe Queval :

Retour sur la saison 2011

Depuis le retour des Championnats du Monde 2010 en Nouvelle Zélande mi-novembre jusqu’à la qualification olympique début septembre, la saison sportive 2011 a été courte mais intense.

L’objectif principal est rempli avec la qualification du double pour les Jeux Olympiques de Londres 2012. Une bonne préparation terminale, un Championnat du Monde bien construit et au bout un podium, avec une cinquième médaille consécutive en championnat majeur avec Julien et Christine. Battre les slovènes sur leur bassin devant leur public et les australiens champions olympiques en titre pour la médaille de bronze, ça se savoure :

Le reste de la saison internationale est moins étincelant, avec une 10ème place à la première étape de la Coupe du Monde en skiff à Munich en mai, l’annulation de l’étape de Hambourg suite à l’épidémie d’Escherichia Coli en juin et une 4ème place lors de la finale de la Coupe du Monde à Lucerne en juillet. Nous en avons cependant tiré quelques enseignements bien utiles pour notre affutage et notre cohésion.

La saison de club a été marquée par un triplé historique sur le podium des Championnats de France bateaux courts, avec la quatrième victoire consécutive de Julien et la superbe troisième place du jeune Matthieu Androdias. Matthieu signe une performance de tout premier plan en battant notamment deux  médaillés olympiques lors de la finale et s’impose comme le leader du quatre de couple tricolore dont il prendra la nage pour la saison. Je dois me contenter de la deuxième place une fois de plus mais il y a du mieux dans la manière. Je n‘ai pas dit mon dernier mot !

Tous les trois réunis en huit de pointe à l’occasion des Championnats de France, nous n’avons pas réussi à faire mieux que sixièmes de la grande finale, dominée par le CN Verdun pour la 11ème fois consécutive.

Coté universitaire, j‘ai effectué mon stage de fin d’études de 8 mois chez Airbus  Operation S.A.S de mi-novembre à fin juillet au sein du Laboratoire Matériaux et Procédés avec la soutenance finale au retour des Championnats du Monde, la rédaction d’un rapport interne de 70 pages et d’un mémoire de stage de 50 pages. Un grand merci à mon tuteur Cédric (quel beau prénom) et à toute l’équipe pour leur accueil.

Champion d’Europe 2010 !

Il fallait gagner. Pour marquer les  esprits, pour nous rassurer après un stage moyen en Aout et envoyer un signe fort aux anglais et aux Néo-zélandais, seuls bateaux majeurs absents de cette compétition. Pour montrer que notre montée en puissance du mois de Juillet n’avait rien d’un coup de chance. Pour nous enlever cette réputation de gentils deuxièmes. Pour entendre la Marseillaise et ramasser le gros bouquet.  Il fallait gagner.

Nous avons beaucoup discuté avec Christine depuis le début du stage de préparation. Le stage en altitude du mois d’Aout, s’il a été bénéfique physiquement, nous a fait perdre nos repères de double et le petit stage d’une semaine dans le Jura n’a rien amélioré. La séance vidéo de jeudi dernier a été un véritable électrochoc : nous n’arrivons pas à reproduire ce que nous faisions à Lucerne début Juillet, et nous n’inquièteront personne en ramant comme ça !

Les sorties de préparation en confrontation avec les autres équipages français ne nous rassurent pas non plus.  Nous travaillons avec des temps de référence qui nous permettent de comparer deux bateaux de vitesse différente, et nous sommes loin des bateaux de tête (quatre sans barreur lourd et PL).

Sur le travail de vitesse nous commençons à retrouver des appuis communs mais la vitesse de coque n’est toujours pas très élevée. Le doute est installé et la patience et la sérénité de Christine sont les bienvenues.

Il fallait un bassin de course, des concurrents et une ligne d’arrivée pour nous réveiller. Nous vivons pour la course. On s’ennuie vite dans une Formule 1 en centre ville.

Nous retrouvons nos repères sur le magnifique bassin de course de Montemor-o-velo, au Portugal. L’atmosphère des grands événements est bien là : bannières de couleur et contrôles de sécurité mis à part, on se croirait à Athènes ou à Pékin !

Le décor est planté, et l’action commence tôt puisque nous retrouvons les allemands Champions du Monde en titre et les serbes 5èmes des mondiaux 2009 dès la série. Après un bon départ, nous attaquons avant le 1000m puis creusons notre avance au train avant de contrôler la fin de course, ce qui deviendra notre profil type pour les autres courses du WE.

La chance nous sourit un peu en demi-finale puisque les allemands sont dans la même manche que les estoniens et que nous avons une course au niveau moins relevé. Tout est relatif, nous sommes quand même dans en demie d’un grand championnat majeur, et nous sortons un gros parcours pour tuer la course et nous mettre à l’abri.

Nous nous sommes retrouvés techniquement et abordons la finale dans le costume du favori.  Il est un peu plus lourd à porter. Une habitude à prendre en vue des mondiaux et des années à venir.

Tout le stress généré depuis deux semaines est sur nos épaules avant que le starter ne lance les hostilités. Bien encadrés par les Champions du Monde et les Champions d’Europe 2009, notre départ canon place d’entrée notre pointe devant la meute. Personne ne la reverra !

Mieux encore qu’à Lucerne, nous arrivons à  mettre en place notre geste technique plus tôt dans la course et à sortir du groupe de tête sans nous mettre dans le rouge.  Une fois devant, nous sommes en position de force et personne ne cherche à nous attaquer. Nous appliquons chaque coup pour creuser l’écart. 2,5 secondes au 1000m et 3 secondes au 1500m, la course est gagnée mais il faut encore la finir… Nous contrôlons le retour des prétendants aux médailles sans faire de sprint final et sommes Champions d’Europe 2010 !

Vous pouvez aussi poser vos questions sur http://www.formspring.com/cberrest

Coupe du Monde d’aviron 2010 : épisode 3 : Lucerne : Victoire !

Et voilà ! Une semaine après Henley, encore de grands moments avec Christine et Julien. C’est notre 1ère victoire en Coupe du Monde ! Après 6 deuxièmes places, on savoure d’autant plus… Et les médailles c’est tellement plus joli en or.

Nous gagnons notre duel dans la course face aux anglais, qui nous ont battu deux fois à Munich et en quart de finale vendredi soir. C’est déjà un bon motif de satisfaction !

Gagner à Lucerne, au même titre que gagner à Henley, est aussi un fait rare dans une carrière de rameur. Cela fait 10 ans qu’un bateau français n’avait pas gagné ici ! Même si ce n’est jamais un objectif dans une saison, c’est toujours un bon point de passage, surtout quand tous les gros bateaux sont là comme cette année.

L’enchaînement des parcours depuis un mois a été très instructif. Quatre 2000m à Munich, trois au Creusot, trois à Henley (sur 2112m d’ailleurs) puis de nouveau quatre à Lucerne, soit 14 parcours en un mois, on peut dire qu’à l’échauffement, on sait à quoi s’attendre et qu’on commence à bien se connaitre. Nous avons franchi un palier dans l’approche  et la gestion des courses et j’espère ne jamais le repasser dans l’autre sens ! On voit aussi que notre gros travail hivernal nous permet d’encaisser plus de courses que ce que nous pensions possible. A méditer pour les autres années…

Les trois semaines à venir vont quand même être importantes pour la récupération et la reprise du travail de fond en vue des mondiaux. Nous sommes dans le vrai avec cette composition, notre façon de ramer et notre manière de fonctionner avec Christine, mais nous n’avons toujours pas de titre en grand championnat. A nous de tout optimiser jusqu’en Novembre pour rester au top !

Nous partons quinze jours en stage en altitude à Tignes début août avec Vélo et musculation au programme, avant de reprendre le bateau pendant une semaine à Belleçin (Jura). Ensuite nous irons chercher un titre européen au Portugal mi-septembre avant de partir pour la Nouvelle-Zélande pour tenter d’accrocher un titre mondial. Malgré nos bonnes performances du mois, tout reste à faire.

Je vous invite à regarder la vidéo de la finale de Lucerne ici, onglet 2010 World Cup 3, catégorie M2X

Vous pouvez aussi poser vos questions sur http://www.formspring.com/cberrest.