Coupe de France 2013 – Libourne

Superbe week-end d’aviron comme je les aime tant ! La Coupe de France rassemble chaque année au printemps les meilleurs rameurs français par équipages régionaux en quatre de couple ou huit de pointe. La distance a été raccourcie ces dernières années à 1500m pour densifier les courses et renforcer le spectacle. En cette année un peu particulière pour moi, c’est l’occasion parfaite de reprendre le bateau dans la bonne humeur après un hiver loin des rames.

Cpe_Fr_13_M4X

J’étais engagé en quatre de couple pour la région Midi-Pyrénées, accompagné par Julien Bahain pour son retour de sa traversée de l’Océan Atlantique, et de nos  deux coéquipiers de club de l’Aviron Toulousain Matthieu Androdias et Aymeric Foucquart. Matthieu n’est rien de moins que le champion de France du skiff en 2013, et Aymeric a terminé 5ème des même Championnats en deux sans barreur. Notre bateau pourrait presque participer dans cette configuration à des régates internationales puisque tous nous sommes tous les quatres membres de l’équipe de France ! Notre objectif : nous faire plaisir. Seul problème : avec un tel pedigree dans le bateau, tout le monde nous attend et nous donne le rôle de favoris. Contre nous, de beaux bateaux de Provence, Rhône-Alpes, Ile de France et Côte d’Azur et le second bateau de Midi-Pyrénées, tous composés d’une majorité de rameurs internationaux également.

Les course ont eu lieu à Libourne, sur un beau bassin bien calme et une température parfaite, dans une région viticole dont nous avons bien profité. J’ai du passer autant de temps à Saint-Emilion qu’au bassin ! Nous remportons notre série le samedi matin et nous qualifions directement pour la finale du dimanche. Les sensations sont bonnes, le physique est un peu court mais nous avons une petite marge technique sur les autres équipages et une très bonne coque. Le samedi après midi nous avons fait un petit tour des domaines de St-Emilion, Pomerol et Montagne et profité de la piscine du camping dans le vignoble.

Je l’étais juré de ne pas me mettre de pression sur les courses et de ne pas penser au résultat avant le passage de la ligne d’arrivée. Oui mais voilà, une fois dans la routine d’échauffement, au bord de ce plan d’eau, avec ce beau soleil et notre bon chrono de la veille, l’envie de gagner m’est venue. Je suis retombé dans la compétition en moins de 24h. Je n’ai pas réussi à m’en défaire, et je l’ai senti chez mes coéquipiers aussi, dès les premiers coups de rames de la finale. Nous prenons la tête pour ne plus la quitter malgrès les assauts répétés du bateau provençal emmené par le phénoménal Jérémie Azou. Il a le talent, il travaille dur et pour ne rien gacher, c’est vraiment quelqu’un de bien. Bref, le genre de mec qu’on préfère avoir dans son bateau, mais qu’on est fiers de mettre derrière quand ce n’est pas le cas. Partie remise, cette année c’est pour nous !

podium Cpe Fr

Des gens nous ont reproché de nous enflammer après la ligne d’arrivée et de célébrer notre victoire avec un peu trop de bruit et de joie pour une épreuve à l’importance sportive toute relative… Cette joie était sincère et spontanée et reflétait le plaisir que j’ai pris à courir et à gagner avec Matthieu, Julien et Aymeric, et inversement proportionnelle à mon niveau d’entrainement.

Le dimanche après-midi a été consacré à une excellente dégustation de vins locaux et à re-remplir la cave sérieusement entamée par une année sabbatique. J’ai été agréablement surpris par le village de St-Emilion qui est tout à fait charmant. Une chose est sûre ; voici une formule de compétition-détente qui me plaît, je reviendrai !

Coupe de France