Champion de France 2010 !

Championnats de France 2010 Bateaux Longs

Après un retour express de Munich, nous sommes trois jours sur Toulouse pour préparer la fin de saison en club avec les Championnats de France au Creusot. Avec Matthieu Androdias et  Jérôme Descazeaux, nous défendrons notre titre acquis en 2008 et conservé en 2009. Suite à son installation sur Toulouse, Julien Bahain nous rejoint cette année dans le bateau. Nous serons favoris pour le titre, malgré le peu d’entrainement en commun, grâce à notre expérience et notre grosse envie de gagner. Cette année encore, 4 Champions de France junior en skiff dans le bateau (2002-2003-2004-2006-2008).

Contre nous, quelques clients sérieux avec Villefranche, Rouen, Angers et Argenteuil, tous finalistes l’an dernier et qui ont pu travailler leurs équipages dans l’hiver et lors des régates de printemps. Avec 13 engagés, ce sera le traditionnel format série-repêch-demi-finale, avec les courses en fin de journées à partir de vendredi.

Résultats à suivre comme d’habitude sur http://www.avironfrance.asso.fr catégorie HS4X !

Coupe du Monde 2010 : épisode 2 : Munich, suite et fin

En demi-finale nous retrouvons les anglais, vainqueurs de leur série, les néo-zélandais avec un nouvel équipage et un bateau allemand avec deux jeunes prometteurs. C’est une course piège ou il ne faudra pas faire les mêmes erreurs que la veille. Nous nous battons en tête de la course avec les anglais jusqu’au 1000m où ils nous décrochent petit à petit. Derrière, ça chauffe pour les néo-z qui n’ont pas l’air super à l’aise techniquement, et se font déborder par les allemands et les tchèques. Nous contrôlons la fin de course sans chercher à attaquer les anglais, sans trop se relâcher pour ne pas se faire avoir par les allemands qui ont un finish impressionnant. Les sensations sont meilleures, et la cohésion avec Julien s’améliore avec les parcours.  En attaquant les anglais en finale ça peut passer  pour la gagne. Dans l’autre demie, les chinois, suisses, américains et slovènes se tirent une grosse bourre, reléguant ces derniers avec nos amis thèques de la série en finale B.

Pour la finale, le mot d’ordre est simple : attaquer, tenter et tant pis si ça casse. Le but est vraiment de profiter de cette course pour trouver nos limites. Nous partons d’entrée devant avec les anglais et les suisses, qui lâchent un peu dans le deuxième 500. Nous attaquons en lançant des séries et en repartant au 1000m. Premier constat : nos attaques fonctionnent puisque nous passons la pointe devant à 1100m. A ce moment de la course je suis persuadé que l’on va gagner, mais leur relance à 1400m les replace en tête. Ils conserveront la même avance jusqu’à l’arrivée. Les allemands portés par leur public et quelques vuvuzélas font encore une grosse fin de course et viennent chercher la médaille de bronze.

Nous sommes satisfaits de notre parcours, sans doute un des meilleurs que nous ayons fait en double depuis 2 ans. Avec un peu plus de cohésion technique, un stage terminal et en évitant de passer par les repêchages, nous battrons les anglais !