Aviron Toulousain : Champion de France 2009

Image 2

Grosse journée comme prévu !

On commence par la demi-finale du matin, qui a des airs de déjà vu puisque le podium de l’année dernière se retrouve dans la même manche (Toulouse/Rouen/Argenteuil) ! La stratégie était de partir vite pour essayer de se détacher et voir à mi-course si on pouvait gagner sans y laisser trop de plumes. Après un départ canon, nous prolongeons l’effort jusqu’au 1000m, où nous avons une bonne longueur d’avance sur Rouen et Argenteuil, à la bagarre. L’ordre restera le même jusqu’à l’arrivée, tout le monde essaie de s’économiser le plus possible pour la finale. seulement 5 heures après. Dans l’autre demi, Angers l’emporte d’un cheveu (3/100èmes!) devant Villefranche et Meyzieu, en étant plus rapide que nous d’une petite seconde. Surtout pas de panique, nous n’étions pas à fond ce matin, mais j’aurais quand même préféré faire un meilleur chrono, pour leur mettre la pression et nous rassurer.

Les heures d’attentes jusqu’à la finale sont à la fois longues et courtes ! Longues car on a envie d’en découdre et d’aller chercher le fanion, et courtes car il faut récuperer, manger et faire les sacs pour le voyage retour…. Pas le temps de s’ennuyer mais on cogite, on discute, on se rassure. Le titre est vraiment à notre portée, nous pouvons nous appuyer sur nos départs rapides et notre enlevage. On peut monter d’un cran la cadence du train pour creuser l’écart. Mais où en sont les autres ? Villefranche est la seul bateau qui nous a battu depuis 2005, c’était en 2007, mais nous étions 3 à sortir de blessure… Ont-ils laissé passer Angers ce matin ? Angers aussi fait peur, avec Julien à bord ça va forcement aller vite, ils ont une meilleure coque que nous et ils s’appuient sur leur expérience de la Coupe de France… Rouen et Argenteuil étaient ils à fond ce matin ? Vont-ils refaire le coup de l’an dernier à s’économiser pour la finale ?

Réponse à 15h36 : Nous sommes les plus rapides cette année ! L’Aviron Toulousain est Champion de France  2009 !

YES ! Nous conservons le titre pour 21/100èmes…. Quelle bataille avec Villefranche et Angers !  Nous prenons le commandement de la course d’une petite pointe sur les premiers coups, mais ils ne nous laissent pas partir et reviennent à notre hauteur pour aborder le 1000m du milieu en bord à bord. Il va falloir faire le travail au train. Las ! Tout le monde se marque à la culotte et les attaques répondent aux attaques. Dans le bateau de Villefranche, on entend Fred Dufour lancer les attaques tellement fort que l’on sait exactement quand répliquer… Ils réussissent cependant à placer une accélération à l’entrée du dernier 500 et commencent à se détacher. Zut ! Il faut réagir sans se désunir et recoller au plus vite, nous sommes déjà presque au 1750m. A la première bouée blanche, Jérôme, la nage, part comme un fou sur la coulisse. C’est le signal ! On le suit, la cohésion est bonne et la coque ressort de l’eau. J’aperçois de nouveau la nage à ma hauteur. « ça passe! » Nous franchissons la ligne de bulle un bon mètre devant Villefranche, à peine une demi-longueur devant Angers. Quelle course !

La revanche de 2007 est prise, Matthieu remporte son 1er titre en bateau long, et c’est le 4ème titre en 5 ans pour l’Aviron Toulousain dans cette catégorie. Je suis vraiment heureux et fier de mes coéquipiers. C’est toujours une joie énorme de remporter un titre, ils sont tous différents et ont une saveur particulière en équipage. On ne s’en lasse jamais. C’est pour ces sensations là que je fais de l’aviron, pour ces courses, pour ces moments de bonheur au passage de la ligne, ces instants sur le ponton d’honneur…

Merci Jérôme, Quentin, Matthieu et Frédéric (l’entraineur fait parti de l’équipe!)

Publicités

Championnat de France 2009 à l’aviron : Bateaux Longs : Séries

Cédric BERREST Aviron Toulousain Championnat de france 2009

Retour à Aiguebelette en Savoie pour tenter de remporter un nouveau fanion de Champion de France, cette fois en équipage de club avec l’Aviron Toulousain. Je cours en quatre de couple pour défendre notre titre de 2008 avec Quentin Colard, Jérôme Descazeaux et Matthieu Androdias, le petit nouveau de cette année. Il remplace François Meurillon, reparti dans sa Drôme natale après une campagne 2005-2008 fructueuse avec 4 titres en poches. Souhaitons à Matthieu le même succès !

Notre bateau est bien équilibré, avec deux poids légers, Quentin et Jérôme (libérés pour l’occasion des contraintes de poids puisque nous courrons en toutes catégories) encadrant les deux pousseurs, tous les quatre Champions de France en skiff junior (2002/03/05/06/08) ! Petite nouveauté donc, puisque je ne suis pas à la nage mais au trois, ce qui permet à tout le monde de « s’exprimer » au mieux.

Et il y en aura bien besoin, la concurrence est forte cette année encore : Julien et Jonathan, mes coéquipiers de Pékin et médaillés du skiff 2009 présentent aussi un quatre de couple pour Angers et Mezyieu, Frédéric Dufour et Jérémie Azou, les patrons du skiff poids légers mènent les équipages de Villefranche et d’Avignon. François Meurillon, cité plus haut, défend les couleurs de son club d’origine, Valence, et les bateaux de Rouen et Argenteuil, nos grands rivaux des années précédentes, complètent la liste des prétendants.

Quatres séries au départ ce matin avec un seul ticket direct pour les demi-finales de demain. Tous les favoris sont bien là et à prendre au sérieux ! Angers, Villefranche et Rouen remportent leur manche. Nous gagnons la notre en tuant la course dès le départ et en gérant notre avance sur Valence et Argenteuil. Ça fait longtemps que je n’avais pas couru au 3 dans le bateau mais les sensations sont vite revenues. Jérôme imprime un bon rythme devant et le train de course est vraiment solide. Nous pouvons progresser en légèreté, tout en gardant cette bonne addition du corps et des bras, notre point fort.
La comparaison des chronos est délicate avec un vent changeant et certains qui jouent l’économie…attention aux coups de bluff !

Nous connaitrons nos adversaires de demain après les repêchages de cet après-midi. Grosse journée puisqu’il faudra enchainer la demi et la finale en 5 heures. Faut-il marquer les esprits et tirer un bon couloir pour la finale en gagnant la demi ou s’économiser pour la finale en assurant la troisième place ?  Notre choix est fait mais vous ne le connaitrez qu’en regardant les résultats demain !