Médaillé olympique

podium JO

Ça fait quatre ans qu’on attendait cette finale. Notre programme d’entrainement fait que physiquement on sait qu’on sera au top. Je me sentais fort comme jamais. Mentalement, c’est une autre histoire. Les trois jours avant, le ventre est noué, on ne pense qu’à ça. Le rôle de Christine Gossé, notre entraineur, est de canaliser cette tension jusqu’au départ de la course. Après notre série éliminatoire, un peu ratée, nous aurions pu douter, exploser et couler. La veille, nous avons regardé les finales de l’autre groupe, ça nous a mis dans l’ambiance. Le matin on s’est dit « c’est aujourd’hui  et on y va ».

Nous avons fait une belle course, la plus construite des 4 dernières années. Au départ, nous sommes concentrés et déterminés. La coque sort bien de l’eau, j’ai trois gros moteurs derrière qui poussent très fort, on est dans le coup, on continue. On fait un gros train, chaque coup est puissant, on place des séries pour relancer la vitesse et essayer de coller aux polonais et aux italiens. A l’entrée des tribunes, au dernier 500, un petit coup de tête à gauche : on est 4, à la bagarre avec les australiens. On relance comme des bêtes, on est à fond, celui qui craque a perdu. Un regard à gauche en passant la ligne. Les polonais sont premiers, les italiens devant nous, et les australiens à notre hauteur. On ne connait pas notre résultat. «Pas quatre, pas quatre !» Puis, en même temps, les australiens se prennent la tête et « FRA » s’affiche sur le panneau. OOOUUUAISSSS ! Avec PJ, on se lève dans le bateau et on fait les idiots. Ça a l’air de rien mais avec la fatigue, on  ne tient pas debout et les autres ont lâché les rames. On ne passe pas loin de se mettre à l’eau. Plus rien n’a d’importance, on est médaillés. La sensation d’accomplissement est énorme, nous avons réussi !

En étant vice-champions du monde 2007, nous étions attendus, mais les JO ce n’est pas une remise de récompense au mérite. Nous avons mis toutes les chances de notre côté, nous nous sommes entrainés comme des fous ces deux dernières années, nous n’avons pas compté les sacrifices et nous avons gagné notre pari. Mais entre nous et les quatrièmes l’écart à l’arrivée est infime, sauf que nous sommes traités comme des vainqueurs et eux comme des perdants. Le sport est injuste, et les médias encore plus. C’est ça qui est dur quand on n’a pas de médailles.

Le soir et le lendemain de la finale, nous avons été beaucoup sollicité, nous n’avons pas eu le temps de nous retrouver tous les cinq avec l’entraineur pour savourer, nous ne réalisions pas vraiment. De retour au village olympique, nous redevenons des athlètes comme les autres, il y a une certaine pudeur, personne n’exhibe ses médailles. Par contre, ça sent les vacances…. L’ambiance est plus détendue, les gens prennent le temps de discuter, de raconter ce qu’ils ont vu. Niveau touristique, que du classique pour moi : la grande muraille, la cité interdite, le palais d’été, le marché de la soie et les hùtongs, les quartiers traditionnels chinois. J’essaye d’aller voir les autres français pour leurs épreuves mais c’est dur de trouver des places. J’ai fait le hand masculin et féminin, le plongeon à 10m, une soirée au stade d’athlétisme, et le pentathlon moderne. Le soir c’est « Pékin by night »….

Publicités
Publié dans Aviron 2009. Étiquettes : , , , , , . 1 Comment »

Une Réponse to “Médaillé olympique”

  1. TAILLE CRAYON Says:

    BON MERCREDI…JEUDI ET LE RESTE DE LA SEMAINE à un blog où j’aime revenir tous les jours de la semaine…

    lorent et ses 2900 trésors l
    Les T……


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :